Le processus de Kimberley pour lutter contre le diamant de sang

On estime que dans les années 90 près de 15% de la production de diamant provenait de pays en guerre et aidait à financer les conflits armés, on parle alors de diamants de sang, diamants de conflits ou encore de diamants de guerre. Le processus de Kimberley a été mis en place pour endiguer ce problème.

processus de Kimberley

De nombreux états africains ont été accusés de produire des diamants de sang, c’est-à-dire des diamants utilisés par les rebelles pour acheter des armes et ainsi entretenir le conflit armé à l’encontre du gouvernement. On peut notamment citer le Libéria, la Côte d’Ivoire, la République du Congo, la Sierra-Leone… En achetant un diamant vous pouviez donc, sans le savoir, financer les rebelles dans ces pays et alimenter le trafic d’armes. En mai 2000 la Communauté internationale a donc décidé de trouver une solution pour stopper ce trafic et a entamé des discussion en Afrique du Sud, à Kimberley. Le Processus de Kimberley est né le 1er Janvier 2013. Il a tout d’abord été signé par les Etats-Unis, le Canada et l’Union Européenne puis par d’autres nations. Il réunit aujourd’hui 81 pays.

La certification des diamants bruts

Le processus de Kimberley a pour objectif de ne plus permettre l’insertion de diamants de guerre sur le marché international. Son efficacité a été démontrée par des études, en effet la part des diamants de conflits serait passée de 15% environ dans les années 90 à moins de 1% aujourd’hui.

Vous comprenez maintenant que, lorsqu’on parle de certification de diamant, on fait référence à une certification internationale de la pierre brute qui garantit le respect des critères mis en place par le processus de Kimberley (transparence, contrôles à l’exportation…).

Copyright © 2018. All Rights Reserved. Trader en ligne | Flytonic Theme by Flytonic.